Archives par mot-clé : web

Ludification: Le jeu vidéo peut apporter au web. Partie 0: Quelques rappels

0. Introduction

Suite au succès de la présentation du 30 janvier 2014 que j’ai co-animé avec Louis Brunier à l’invitation de l’association Designers Interactifs – Lyon dans l’espace de coworking l’Atelier des médias. Je me suis motivé pour rédiger une série d’articles qui me permettra d’approfondir un sujet tendance: La gamification qui, dans la langue de Molière s’appelle la ludification. Fort de plus de 40 ans de conception d’expérience utilisateur, le jeu vidéo a, sur bien des points, repoussé les limites des interfaces hommes/machines et autres comportement dans des univers virtuels et, je pense, peut amener à faire de « meilleurs » sites web.


La ludification? On en parle beaucoup. On promet monts et merveilles. On l’annonce comme une solution miracle pour l’assiduité des apprenants mais ce sont souvent des effets de mode, du marketing pour paraitre dans le vent (comme les feuilles mortes). Cela est probablement dû au fait que ces gens qui veulent s’inspirer des mécaniques du jeu vidéo ne jouent pas. Ayant un peu d’expérience sur les deux sujets (web et jeu vidéo), je vais donc tenter de montrer ce que le jeu vidéo peut apporter à la conception de site web en analysant certains éléments pertinents des jeux vidéo.

1. Définition de la ludification

Video games ruined my life

Définition (wikipedia) : La ludification (terme inspiré de l’anglais gamification) est le transfert des mécanismes du jeu dans d’autres domaines, en particulier des sites web, des situations d’apprentissage, des situations de travail ou des réseaux sociaux. Son objet est d’augmenter l’acceptabilité et l’usage de ces applications en s’appuyant sur la prédisposition humaine au jeu.

Cette technique de conception permet d’obtenir des personnes des comportements que l’on pourrait considérer sans intérêt ou que l’on ne voudrait ordinairement pas faire : remplir un questionnaire, acheter un produit, regarder des publicités ou assimiler des informations.

Cette définition correspond bien à l’idée générale que l’on s’en fait. Mon propos dans cette suite d’articles ne sera pas seulement de parler uniquement des mécanismes de jeu qu’on pourrait décliner mais aussi de présenter d’autres aspects des jeux vidéo dont on peut s’inspirer pour faire un site web. Il existe de nombreux exemples qu’on ne soupçonne pas.

2. Définition d’un jeu vidéo

Capture d'écran du jeu vidéo PongLa définition wikipédia nous indique:

Un jeu vidéo est un jeu électronique impliquant une interaction humaine avec une interface utilisateur afin de générer un retour visuel sur un dispositif vidéo. Le joueur de jeu vidéo dispose de périphériques pour agir sur le jeu et percevoir les conséquences de ses actes sur l’environnement virtuel.

Cette définition est exacte mais ne porte pas sur les spécificités du jeu vidéo par rapport au jeu traditionnel hormis la dimension électronique. Pour aller plus loin,  la définition proposée par le chercheur et enseignant en sciences de l’information et de la communication, Etienne Armand Amato , lors de sa soutenance de thèse:

Le jeu, envisagé comme phénomène engageant subjectivement et pragmatiquement un être humain, est un processus artificiel et normatif, problématique et finalisé, qui lui attribue rôles, fonctions ou responsabilités.

L’incomplétude structurelle de cette activité tend vers un état de complétude ultime en rapport avec le but prioritaire qui légitime cette dynamique. Incertain quant à son déroulement et/ou son issue, ce processus informationnel est intégratif.

Il structure la spatio-temporalité d’un microcosme symbolique et original, autonome et évolutif. Il fait sens pour qui le met en œuvre en toute conscience au moyen d’un système de communication ouvert, codifié et adéquat.

Je suis d’accord, c’est un peu rude mais le jeu vidéo prenant une part de plus en plus importante dans nos loisirs et dans nos vies professionnelles avec les jeux sérieux (ou serious games), c’est donc normal que des chercheurs en sciences humaines rationalisent ces pratiques d’autant que ce chercheur est sympathique et particulièrement ouvert à la discussion et aux échanges.

3. Le jeu vidéo est par définition une expérience utilisateur.

Achievement unlocked templateDans le web, on parle souvent de la fameuse UX (User eXperience), nous les game designers, c’est notre fond de commerce. Les joueurs paient pour une expérience utilisateur et uniquement pour ça.

Une caractéristique importante de jeu vidéo c’est qu’il est autotélique, c’est-à-dire que cette activité se suffit à elle même. On joue pour jouer alors qu’on va sur un site web pour trouver une information. Cette différence à un impact important sur le design d’interaction. Un design de site web doit faciliter l’accès à l’information. Lorsqu’on cherche une info, on en a besoin tout de suite et on a pas envie d’avoir à parcourir des dizaines de pages pour y accéder. Dans un jeu, c’est l’inverse. On est la pour galérer. Quand on paye 60€, on a pas envie que le jeu se finisse en 10 minutes. On attends du jeu un long parcours qui nous immergera dans une aventure et qui nous donnera la satisfaction d’avoir réussi quelque chose. La sensation de progression est une des sensations recherchées par les joueurs. C’est même bien souvent une des principales origines des addictions aux jeux vidéo. Le manque de sensation de progression dans la vie réelle est « comblée » par le sentiment de réussite dans le jeu.

4. La réussite par l’échec

game over street fighter 2Point essentiel de la culture jeu vidéo est l’échec. Le principe de base d’un jeu vidéo est qu’on arrive au niveau suivant après avoir échoué un certain nombre de fois. Dans notre tradition culturelle française, l’échec est mal vu.  Nombres de parcours scolaires ont été soi disant entaché par des années redoublées. Nous avons sur ce point la mémoire courte. Un parallèle avec l’apprentissage de la marche me semble indispensable. Lorsqu’on apprends à marcher, on commence par marcher à quatre pattes. Ensuite, on s’aide des murs pour se redresser sur deux jambes. Plus tard on lâche le mur et on fait ses « premiers pas ». On chute, on tombe, on se fait mal sous l’œil ému de ses parents qui trouvent ça mignon de voir leur enfant progresser. Arrivé à l’école, le climat est tout autre. Si on ne réussi pas une dictée ou un exercice de mathématiques, la sanction est immédiate: on obtient une mauvaise note. Le jeu vidéo est sa culture du progrès par l’échec a donc beaucoup à nous apprendre.

5. Un bon troll: Les badges c’est « has been ».

 

open badge backpackJ’entends souvent parler d’Open badges . Je suis d’accord qu’ils permettent d’identifier rapidement le parcours d’un utilisateur sur telle ou telle formation, ses actions sur tel ou tel site, etc. Mais bon, ça me fait plus penser aux bons points de l’école de mes parents voire de mes grands-parents. Cerise sur le gâteau, au bout de 10 points ont pouvait avoir une image. \o/ On peut noter aussi que c’est par la récompense qu’on dresse les animaux. Au passage, les bons points sponsorisés par une entreprise privée sont une belle démonstration que les partenariats public/privé ne sont pas récents.

illustration d'un bon pointAprès un rappel de ces quelques points clés , les prochaines articles tenteront de montrer en quoi le jeu vidéo peut aider à faire de meilleurs sites web.

A très bientôt pour la suite,

La fameuse soirée « Prenons de la hauteur sur nos usages d’internet » du offwww2012 le 16 avril 2012

Logo www2012Pendant le www2012, L’université Lyon 1 sous l’impulsion de l’énergique Christophe Batier, a organisé un Off à la bibliothèque de la Doua. Le thème de la soirée: « Prenons de la hauteur sur nos usages d’internet », les participants Serge Soudoplatoff – Polytechnicien et Entrepreneur du net,  Dominique Cardon – Sociologue et Thierry Crouzet – Auteur du livre: « J’ai débranché: Comment revivre sans internet après une overdose » nous on éclairé sur nos usages d’Internet. Cette soirée à pris la forme d’une discussion informelle entres les trois invités avec également du public. C’était plus un échange entre gens ouverts qu’une conférence à proprement parler. En gros, pas de Power Point et ça a fait fumer le hashtag #offwww2012. La discussion a duré plus de 2h et moi personnellement, j’ai appris plein de choses sur des sujets aussi variées que la génération Y et ses copier/coller de Wikipédia que des révolutions arabes. 2 heures de vidéo à savourer…

La partie 1:

La partie 2 (questions et interactions avec le public):

Le Storify de la soirée:

 

 

 

Les interviews au Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web – WWW2012 partie 3

Logo www2012Troisième partie des interviews tournées Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web à l’occasion de WWW2012.

 

 

 

 

 

Sébastien Desbenoit: Organisateur du Salon du numérique au WWW2012 et blogueur sur internetetmoi.fr

Jérome Vuillemot: Directeur Associé de Corexpert société spécialisée dans les jeux vidéo sociaux dans le domaine de l’action sport.

Vera Bakic Imedi/Inria nous présente un système en ligne collaboratif de reconnaissance des plantes http://www.plantnet-project.org

David Brasso & Pierre Dron: Société Citron Bien nous présente: DIESEL un road-doc-movie transmédias au cœur de la crise du disque. La page Facebook du projet est aussi disponible.


Interviews en anglais:

Tom Sebastian Innovimax/Inria: PhD Student.  works on a XML Streaming project

Antoine Lefeuvre: Responsable R&D à Novius

Vous pouvez aussi retrouver les playlists de toutes les interviews réalisées pendant le WWW2012
La playlist française:

La playlist en anglais:

Les captations intégrales des Keynotes (Tim Berners Lee, Bernard Stiegler…) durant l’événement sont disponibles ici.

Les interviews au Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web – WWW2012 partie 1

Logo www2012La semaine dernière, à l’occasion du Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web  pendant le WWW2012 (l’évènement annuel du Web où l’on discute du futur technique web) Christophe Batier Directeur technique de l’ICAP de l’université Lyon 1, Pierre Lemasson blogueur et tweetos sur veilleurs.info  et moi-même ont eu l’occasion de réaliser des interviews de différents acteurs du web: Chefs d’entreprise, ingénieurs, institutionnels…

A notre disposition: un plateau Web TV avec deux caméras et un régie. Je remercie, en plus de Christophe, Chahira, Nicolas, Alix, Régis et Alain qui ont tourné, monté et mis en ligne plus de 50 interviews en 5 jours. Chapeau l’équipe ICAP! Vous trouverez dans ce billet et plusieurs autres un condensé des interviews réalisées pendant la semaine:
Sylvain Iafrate – Chef de projet Image & numérique au Grand Lyon

Jonathan Landais du Centre Erasme du Conseil général du Rhône

Christophe Monnet du Chargé de production au Centre Erasme du Conseil général du Rhône

Sébastien Thomas-Chaffange – Directeur du Pôle Pixel Lyon – Villeurbanne

Fabrice Lacroix, Président d’Antidot: Un moteur de recherche pour les entreprises.

Les interviews au Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web – WWW2012 partie 2

Logo www2012Deuxième partie des interviews tournées Salon du numérique – Lyon capitale mondiale du Web à l’occasion de WWW2012.

 

 

 

 

David Loureiro – Président de Sysfera:  Société spécialisée dans le calcul intensif, le calcul à haute performance et le SaaS

Damien Feugas Architecte Logiciel Atos Worldline : Présentation d’un système de traitement de données à source hétérogène

Pierre-Paul Penillard – Directeur de projet à Opendata71 : Les données ouvertes en Saône et Loire.

Samy Rabih – Collectif Opendata69

Rémy Darricau – Gérant Associé à Résidéclic: Un réseau social dédié au voisinage. En introduction l’intervention « troll » de Christophe Batier.

 

Browserquest: Un jeu de role massivement multijoueur en ligne jouable sur un navigateur

Browserquest est un jeu de rôle massivement multijoueur en ligne (MMORPG) jouable sur un navigateur. Il a été créer par la fondation Mozilla (Firefox, Thunderbird…). Il s’inspire largement des vieux Zelda et autres jeux de rôle bien rétro. Coté technologie, il utilise HTML5 Canvas , Websockets, CSS media queries, LocalStorage, HTML5 Audio, ce qui lui permet de non seulement de s’adapter à toutes les tailles d’écran de nos ordinateurs mais aussi d’être jouable sur les smartphones et tablettes sans ajout d’applications ou de modules complémentaires. Cerise sur la gâteau, les sources sont disponible ici. Chouette réalisation en espérant que ça va motiver les développeurs.

Captur d'ecran de browserquest le jeu de la fondation mozilla